Cardiologie Tonkin

Un poste clé : cadre de santé !

Clarisse Varela nous a parlé de son métier : cadre de santé au sein du service Cardiologie Tonkin.

En quoi consiste votre métier?

Si je suis infirmière de profession, mon métier principal est de manager.

Au sein de l’USIC (Unité de Soins Intensifs Cardiologiques), nous sommes obligés d’avoir deux infirmières pour huit patients. Je suis donc le chef d’orchestre de l’équipe. Je dois gérer les plannings des équipes et les remplacements pour optimiser l’efficacité des infirmières. Par moment, il faut aussi manager les médecins qui ne se rendent pas forcément compte de nos contraintes d’effectif et de place.

Mon but est de prévoir des lits à l’avance. Pour prévoir au mieux, je dois me fier aux informations données par tous les membres de l’équipe et du médecin.

Mon objectif : chaque matin, l’idée est de s’assurer du bien-être de mes patients durant la nuit et de faire le lien entre les infirmières et les cardiologues.

 

Cadre de santé : quel parcours et quelles qualités requises ?

Pour être cadre de santé, il faut faire une école des cadres où l’on rentre sur concours, après avoir justifié de 4 ans de fonction d’infirmière dans une unité de soins. Me concernant, je suis au Tonkin depuis bientôt 6 ans, mais travaille dans un service de cardiologie depuis 15 ans.

Ce métier requiert un grand sens de l’organisation, de la débrouille et nécessite d’être très réactif. Pour que le patient soit dans un climat de confiance, le sens de l’accueil, l’écoute et la disponibilité sont primordiales pour le rassurer et expliquer les choses.

Ces aspects d’accueil et de relations avec le patient peuvent parfois aller plus loin. Nous avons une grande mission sociale en collaboration avec l’assistante sociale du service. Le vieillissement de la population entraîne par moments des situations sociales précaires chez certaines personnes âgées. Nous avons donc un rôle d’accompagnement de ces patients pour leur autonomie.

Pour autant, je n’oublie pas mon métier initial, celui d’infirmière, puisqu’il m’arrive bien souvent de pratiquer des soins aux patients et de superviser les autres infirmières du service. Mon métier initial d’infirmière m’aide d’ailleurs beaucoup au quotidien car, dans un service d’unité intensive de cardiologie, nous devons être particulièrement attentifs à un revirement de situation éventuel chez un patient et, le cas échéant, être extrêmement réactif.

 

L’Unité de Soins Intensifs Cardiologiques au sein de Cardiologie Tonkin :

S’il y’a des prises en charges programmées avec le TAVI, la plupart du temps nous faisons face à des urgences.

Notre unité se trouve au sein du service Cardiologie. En tout, cela fait 6 infirmières et 4 aides soignantes, ainsi qu’une secrétaire pour tout le service.

Aujourd’hui nous avons huit lits,  mais notre prochaine mutation vers Medipole va nous permettre d’avoir douze lits et ainsi d’accueillir davantage de patients. Pour l’instant, la clinique est généralement assez grande pour muter les patients d’un étage à un autre. Cela implique une grande coordination avec mes homologues des autres services de Cardiologie.